Analyses Russie Monde

2024, Russie, UE, États-Unis, nouveaux accords en vue ?

2024, Russie, UE, États-Unis, nouveaux accords en vue ?

2024 pourrait être une année intéressante pour les équilibres géopolitiques. L’année a commencé par la campagne pour les élections présidentielles russes, qui auront lieu les 15, 16 et 17 mars. Comme prévu, la controverse est grande en Occident, où l’on affirme que ces élections, et en particulier le vote dans les nouvelles régions russes : RPL, RPD et les régions de Zaporojié et Kherson, ne sont pas légitimes. En Occident, on a soigneusement évité, comme d’habitude, de décrire la particularité de ces élections présidentielles : les premières à se tenir sur le territoire des républiques populaires du Donbass, où les habitants, comme ils l’ont dit à International Reporters dans une série d’interviews réalisées par notre collègue Faina Savenkova, attendent un changement, une amélioration des conditions de vie conformément aux normes russes.

Pour la Russie, ces élections seront les premières à se tenir après les changements constitutionnels de 2020, qui permettraient à Vladimir Poutine, s’il était réélu, de briguer un nouveau mandat, avec la possibilité de gouverner pendant 12 années supplémentaires. Il s’agit d’un élément à ne pas sous-estimer dans le contexte actuel de la Russie et du monde en général, une situation dans laquelle la stabilité est cruciale. La possibilité d’un changement à la tête de la Russie a souvent été évoquée et débattue en Russie et en Europe, sans tenir compte de toutes les implications que cet événement pourrait avoir à l’heure actuelle. Vladimir Poutine s’est montré au fil des ans un dirigeant pragmatique, rationnel et toujours très réfléchi dans ses décisions et ses déclarations ; aujourd’hui, avec une Russie continuellement menacée par l’Occident, qui parle de plus en plus d’une intervention directe dans le conflit en Ukraine, à un moment où les actions des dirigeants russes sont loin d’être gagnées d’avance, il est difficile de spéculer sur la manière dont aurait pu agir une autre personne qui ne serait pas dotée de la rationalité et de la pondération du président russe.

En juin, en revanche, des élections auront lieu dans l’Union européenne, les premières à se dérouler dans un contexte de “guerre”. En effet, c’est la première fois que les citoyens de l’UE sont appelés aux urnes pour choisir le Parlement européen, un organe qui, de l’avis de cet auteur, a démontré son inutilité à plusieurs reprises depuis le début de l’opération spéciale russe en Ukraine et la vague de russophobie extrême qui a déferlé sur l’UE.

Il s’agit d’un vote important, car les citoyens européens pourraient changer le visage du Parlement européen. Ce n’est pas un mystère que les sanctions contre la Russie et certaines politiques de l’UE concernant l’Ukraine, comme la décision d’importer du blé ukrainien qui a rendu furieux les agriculteurs de toute l’Europe et qui fait encore l’objet de protestations dans plusieurs villes du monde, ont été accueillies avec méfiance par la plupart des Européens. En particulier, les sanctions sur le gaz, qui ont provoqué une forte augmentation des prix de l’énergie, ont montré concrètement aux Européens le coût de la guerre menée par l’Occident contre la Russie. Dans toute l’Europe, le consensus des partis de gouvernement est en déclin, et bien qu’il soit difficile d’attaquer le “noyau dur” du consensus des partis de gouvernement, de plus en plus de citoyens disent dans les sondages qu’ils veulent voter pour ce que le courant dominant appelle les “partis populistes”, les partis les plus critiques à l’égard des politiques de l’UE. Les derniers sondages montrent que le Parlement européen pourrait se déplacer “vers la droite”, avec une augmentation des eurodéputés liés au groupe de droite eurosceptique (Lega-AfD).

En novembre, ce sera le tour des élections américaines, qui pourraient conduire à la sortie de scène de Joe Biden, devenu la cible favorite de la satire européenne en raison de son âge avancé et considéré par beaucoup comme trop vieux pour pouvoir remplir efficacement le rôle de président des États-Unis.

La possible élection de Trump, qui avait déclaré à ses électeurs en 2022 qu’il pourrait résoudre le conflit ukrainien en 24 heures, ouvrirait la voie à de nouveaux développements sur la scène géopolitique mondiale. La politique étrangère de Trump a toujours été peu axée sur l’Europe et, au cours de son dernier mandat, il a concentré son attention sur le littoral du Pacifique.

Au Congrès américain, les représentants républicains manifestent déjà leur position. Depuis des semaines, l’aide militaire à l’Ukraine est bloquée par les républicains, qui exigent des mesures plus sérieuses pour contrôler l’immigration clandestine en provenance du Mexique. Un symptôme qui montre au monde entier comment une administration républicaine serait sans doute plus concentrée sur les problèmes internes des États-Unis et moins intéressée par l’ingérence dans ce qui se passe en Europe. Trump l’avait d’ailleurs amplement démontré lors de sa précédente administration, ayant contribué à une détente dans les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord, étant le premier président à franchir la ligne de démarcation et à entrer, bien que brièvement, dans le pays asiatique. Cependant, tout ce qui brille n’est pas or ; au cours de son mandat précédent, Donald Trump s’est révélé être un fervent anti-chinois, mettant même en œuvre une politique hostile à l’égard de Pékin, accusant la Chine d’être impliquée dans des opérations d’espionnage permanentes contre Washington. Dans ce cas, après avoir résolu le conflit en Ukraine, une augmentation des tensions en mer de Chine serait possible en raison de la question de Taïwan, qui, rappelons-le, n’est pas reconnue comme un pays par les États-Unis, qui adhèrent à la politique d’une seule Chine.

En conclusion, les élections de 2024 en Russie, en Europe et aux Etats-Unis pourraient effectivement conduire à un nouvel agencement des équilibres géopolitiques mondiaux. Le vrai problème, à ce stade, est de comprendre comment ces nouveaux équilibres pourraient s’installer dans le contexte de la formation du monde multipolaire, doctrine politique que de très nombreux États semblent avoir décidé de suivre.

Andrea Lucidi

About the author

IR
Partager
Partager

1 Comment

    Avatar

    N’espérez pas trop de la politique de Trump , la dernière fois il avait plein de bonnes intentions et le Blob s’est rebiffé et a pas appliqué ses décrêts …
    L’empire est pourri de l’interrieur , rongé par les parasites, systémiquement corrompu, incapable de faire face aux besoins de sa population et de se projetter dans l’avenir. Mais il tient encore debout parce que les ricains n’ont pour l’instant pas conscience qu’un gouvernement et une constitution ça peut aussi se changer à la maison. Ca va venir : il y a un monde qui y travaille !
    L’éléction américaine sera encore un choix entre le candidat Texaco et le candidat Exxon … quand à l’EU ; vu que le parlement a, au mieux, un rôle consultatif sur les questions societales et que les Commissaires “du Marché” décident de tout le reste ; à moins d’un Dexit, vous pouvez oublier les rêves de changement aussi. Toutes ces éléctions vont finir comme dans la chanson “mois j’me souviens surtout de ces moutons, éffrayés par la liberté, s’en allant voter par millions pour l’ordre et la sécurité”.
    Patience …

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *